Catégorie : Matchs

De renversants Spartiates ! J17

Après une victoire convaincante face à Neuilly sur Marne, le HC Mont-Blanc accueillait Marseille dans une opposition du milieu de tableau de D1.

FICHE TECHNIQUE 536 spectateurs Arbitres : M. Scolari assisté de MM. Cheyroux et Linesman Buts :
Mont-Blanc : 06.55 Richard Aimonetto (ass Arthur Coulon et Arnaud Lazzaroni) ; 18.37 Alex Roberts ; 28.48 Yoann Chauviere
Marseille : ; 24.10 Ben Greiner (ass Michael Floodstrand) ; 28.15 Michael Floodstrand (ass Ben Greiner) ; 33.42 Jimmy Jensen (ass Sean McGovern et Hugo Laporte) ; 41.42 Ben Greiner (ass Michael Floodstrand) ; 58.49 Nicolas Deshaies (ass Johan Andersson) ; 59.55 Benjamin Villiot (ass Thibault Geffroy) Pénalités 10 minutes contre Mont-Blanc 16 minutes dont 10 à Deshaies contre Marseille

Face à une formation phocéenne qui semble trouver son rythme de croisière, notamment grâce à l’arrivée de Sean McGovern au sein des lignes d’attaques, les joueurs des Bouches du Rhône sont toujours en course pour une qualification en play-offs. En face, la formation de Saint-Gervais – Megève, devait composer avec des absents importants, puisque Mikulas Bicha, qui a rechuté suite à une blessure au bas du corps manquait à l’appel. Léo Guillemain, malade, allait également rater cette opposition.

Face à une formation phocéenne qui semble trouver son rythme de croisière, notamment grâce à l’arrivée de Sean McGovern au sein des lignes d’attaques, les joueurs des Bouches du Rhône sont toujours en course pour une qualification en play-offs. En face, la formation de Saint-Gervais – Megève, devait composer avec des absents importants, puisque Mikulas Bicha, qui a rechuté suite à une blessure au bas du corps manquait à l’appel. Léo Guillemain, malade, allait également rater cette opposition.
 
Débuts encourageants pour les Yétis

Mont-Blanc démarre par deux bonnes séquences. Roberts gratte la rondelle de la palette de Floodstrand et sert Vepsalainen qui se heurte à une belle parade de Virtanen, puis Chauvière se montre menaçant, lancé dans la profondeur par Coulon. Marseille n’est pas en reste et se créé une supériorité numérique tôt dans le match. Les montagnards reprennent de plus belle sur leur retour à 5 et obtiennent à leur tour un jeu de puissance. Richard Aimonetto, qui venait de gagner l’engagement, reprenait un rebond consécutif au lancer de Coulon, 1-0 à 6’55 [5-4]. M.Richier Mont-Blanc ouvre le score Les efforts sont remarqués de part et d’autres. Mont-Blanc procède comme souvent à domicile, par de l’attaque placée, tandis que les Spartiates profitaient de la vitesse de leurs individualités pour faire déjouer la défensive, à l’image d’un McGovern rapide et menaçant. Roberts s’essaye dans un premier temps, contré par la défensive marseillaise, puis Vepsalainen voit son tir bloqué fermement de la mitaine par Virtanen. Les locaux appuient et mettent à mal la défensive des blancs par des assauts rapides. Roberts, qui avait profité d’un palet non-dégagé par la défense près du but, poussait le disque au fond des filets, 2-0 à 18’37.
 
Les Spartiates en formation

L’entame de deuxième est à l’avantage des sudistes. Mont-Blanc est proche de profiter d’une mauvaise sortie du gardien visiteur, mais ce sont à l’inverse les hommes de Luc Tardif Jr qui réduiront l’écart. Sur une action à la 24ème minute, Floodstrand lance, son tir est dévié. Greiner tend la crosse et bat Goy, déséquilibré sur la séquence, 2-1 à 24’10. Les Phocéens sont galvanisés par cette réduction du score. Bénéficiant d’un powerplay, les Spartiates travaillent en zone offensive et parviennent à égaliser sur un tir de Floodstrand à la trajectoire étrange, qui surprenait tout son petit monde, y compris le portier Yéti, 2-2 à 28’15. Cette égalisation réveille les locaux, qui se remettent en selle et repassent devant grâce à un contre rapide. Chatellard, très en vue depuis l’entame, est trouvé côté gauche et distille une passe précise pour Chauvière, qui la coupait au second poteau, faisant trembler le filet, 3-2 à 28’48. M.Richier Chauvière tente de trouver la faille La tendance s’inverse à nouveau quelques minutes plus tard, malgré le sursaut notable côté local. Jensen déjoue Ripatti contre la bande et s’amène à 2 contre 1. Profitant de la présence d’un second attaquant au second poteau, l’ex-joueur des Ducs de Dijon profite du petit côté ouvert et fusille Victor Goy, 3-3 à 33’42. La fin de tiers est disputée et la tension commence à pointer le bout de son nez, à l’image d’une mise en échec reçue le long de la bande par Jérémy Arès sur laquelle le joueur risque de se voir signifier une fin de saison prématurée, puisque le premier diagnostic médical faisait été de ligaments touchés, voir rompus.  Le joueur quittait d’ailleurs la patinoire à béquilles en fin de partie. Le suspense est à son comble dans cette partie.
 
Marseille soigne sa sortie

Comme lors du tiers précédent, Marseille frappe le premier dans cet acte 3. Les Spartiates appuient une offensive bien amenée, et Greiner profite d’un rebond et de sa position isolée pleine enclave pour battre Goy, 3-4 à 41’42. Sur ce but, Deshaies écope de 10 minutes de méconduite. Coulon se rend immédiatement auteur d’un faire-trébucher le long de la rampe et rejoint à son tour le banc de la prison. La domination et le jeu restent marseillais dans cette partie. Les joueurs de la Bonne-Mère ont plus d’impact physique et défendent avec solidarité dans leur zone. Ils obtiendront d’ailleurs une situation de supériorité numérique en milieu de période. Coulon est pénalisé et Marseille fait tout son possible pour boucler son avance. Pourtant, les joueurs du 13 n’aggraveront pas l’addition sur cette séquence. En échappée sur sa sortie de prison, Coulon se défait même de son défenseur, mais est repris irrégulièrement devant la ligne obligeant les Spartiates à évoluer pendant 2 minutes en infériorité numérique. M.Richier Jensen frappe à la porte de Goy Les occasions sont dangereuses pour la défense phocéenne qui avec réussite se sort du piège. Sur l’engagement qui suit, Goy sort de sa cage, mais une passe mal assurée et plein axe offre une ligne de tir parfaitement ouverte à Nicolas Deshaies, qui ne manquait pas l’occasion de mettre les siens à l’abri, 3-5 à 58’49. Un sixième but anecdotique sera ajoutée par Villiot à 5 secondes de la fin, 3-6 à 59’55. Marseille tient sa victoire !
 
Victoire des Spartiates de Marseille 6 buts à 3. Des visiteurs qui auront mis une période à trouver leurs marques dans une rencontre rythmée et disputée, avant de refaire son break de retard, et de passer devant. A noter les excellentes prestations de Floodstrand et McGovern, véritables leaders d’une attaque Spartiate menaçante ce samedi soir à Saint-Gervais. Mont-Blanc rechute sur sa glace. Malgré un bon début de match, les Yétis s’inclinent face à un adversaire direct et dans une rencontre à 6 points où l’envie aura été réellement perceptible durant les 20 premières minutes, avant que cette dernière ne s’éteigne peu à peu, laissant à une belle formation marseillaise, truffée d’excellentes individualités, la chance de revenir à la marque. Prochain rendez-vous pour les deux formations, à Montpellier pour le HC Mont-Blanc, et à domicile, face à Cergy, le leader pour les Spartiates. M.Richier Match intense entre les deux formations .

Article : A.Juillet | Photos : M.Richier

Nous espérons vous voir nombreux pour le prochain match qui aura lieu à la patinoire de Megève Mardi 21 Janvier à 19H30.

Un grand bol d’air pour Mont-Blanc J16

En délicatesse après plusieurs revers consécutifs, Mont-Blanc accueillait les Bisons de Neuilly sur Marne pour leur reprise en championnat, sur la glace de Saint-Gervais.

A cette occasion était organisé le lancer de peluche au profit de l’association « Main dans la Main 74 » venant en aide, entre autre, aux familles monoparentales. Au premier but des Yétis, une pluie de peluches allait parsemer le glaçon saint-gervolain, et il n’aura pas fallu attendre bien longtemps.

Débuts animés

Les Yétis démarrent fort dans cette partie et prennent le contrôle des opérations. Le palet navigue à l’offensive et Sopko est déjà sollicité par Bicha et ses compères. Le Mont-Blanc est appliqué et se présente à 2 contre 1. Vepsalainen décale parfaitement Roberts, qui d’une reprise puissante en première intention, venait tromper le portier nocéen déclenchant une pluie de peluche, 1-0 à 1’26. Les Bisons se remettent en ordre de marche et prennent à leur tour possession du territoire montblanais. Mont-Blanc souffre et se met à la faute. Bicha écope de 2’ + 2’ + 10’ sur une vilaine charge dans l’arrondi. Le HCNM 93 profite alors d’une supériorité numérique pour revenir dans le match. Servi parfaitement par Saliji, Auvitu ramenait les siens, 1-1 à 8’52 [5-4].

P. Rouinssard
Roberts expédie un one timer dans le filet de Sopko

Sur la deuxième supériorité, le box play Yétis se met en évidence. La jeunesse locale travaille le pressing en échec avant, Chatellard et Guer pressent une sortie de zone, le second récupère le puck de la crosse de Mc Sween, se replace dans l’enclave et trouve l’ouverture face à Sopko, 2-1 à 10’24 [4-5]. La partie est agréable et disputée entre deux formations qui se projettent. Neuilly profite d’un powerplay discutable pour une mise en échec d’Arès à la ligne bleue. Sanction immédiate, les Bisons saisissent l’opportunité dans la minute qui suit. Vrielynck vient pousser un palet ralentit par Goy sur un tir de Janneteau, 2-2 à 14’05 [5-4]. Un nouvel avantage numérique est offert aux blancs. Le puck circule bien et les situations dangereuses s’annoncent pour des nocéens tranchants. Goy veille et permet aux siens de maintenir l’égalité jusqu’en fin de période.

Pas de buts, mais de la tension

Le début de deuxième est engagé. Les deux formations se livrent un beau combat, se projetant et obtenant de bonnes chances de prendre le lead. Neuilly est le plus dangereux et il faut des parades décisives de Goy pour éviter aux visiteurs de prendre l’avantage, à l’image d’un arrêt sur sa ligne du cerbère sur Bushbacher esseulé côté droit. Mont-Blanc se créé à son tour une supériorité numérique, mais la défense francilienne tient bon, malgré une occasion des plus chaudes de Roberts face à Sopko. Sur le retour à 5, Neuilly retrouve de sa superbe et exploite un contre. Janneteau profite d’une situation de 2 contre 2, mais Goy bloque le lancer du bouclier et répond à son homologue de l’autre bord dans un joli mano à mano à distance entre les deux portiers.

M. Richier
Guer, précieux face aux Bisons

Le tiers est enlevé, mais aucune des deux formations ne se détache. Les Yétis obtiennent un nouveau jeu de puissance en fin de tiers. Sur la fin de powerplay, les esprits s’échauffent devant le banc des Yétis. Dubé et Chauvière s’écharpent et filent au banc pour 2’ + 2’ + 10’, accompagné de Mc Sween, qui venait de se voir appeler une pénalité à son encontre. La défense nocéenne résistait parfaitement aux premiers assauts montagnards et les deux équipes se séparaient sur ce score nul de 2 buts partout après quarante minutes, laissant intact le suspens.

Mont-Blanc au finish

Le début de troisième offre aux locaux l’occasion de reprendre les devants dans cette rencontre, bénéficiant du jeu de puissance offert par Mc Sween en fin de 2èmeLe powerplay est fructifié par Arnaud Lazzaroni, qui envoyait un slap précis en lucarne, servi par Aimonetto, 3-2 à 41’56 [5-4].

M. Richier
Goy et Guillemain tout sourire après la rencontre

Mont-Blanc profite de l’occasion et se projette vers l’avant, tentant de rapidement breaker dans une rencontre intense et à couteaux tirés entre les deux équipes. Si les Yétis tentent, Neuilly n’est pas en reste et les offensifs frappés du Bison poussent fort aux abords du but de Goy, qui demeurait décisif. Alors que Mont-Blanc jouait un hockey offensif et léché, Guillemain abandonnait un puck plein axe devant le but. Saliji ne laissait pas passer l’occasion et ramenait les hommes de Spinozzi et Dusseau dans la course, 3-3 à 48’22. Coup dur pour les locaux, mais un but qui vient ajouter une once de suspens à une rencontre qui n’en manquait pas. En powerplay, Bicha expédiait le disque au fond des filets sur un tir en première intention, 4-3 à 51’07 [5-4]. Les Yétis reprennent le momentum dans une rencontre jouée à bout de souffle et passent proche de breaker sur une situation de supériorité numérique dans le moneytime. Léger, puis Aimonetto voient leurs lancers passer dans le dos du gardien et prendre la parallèle de la ligne de but sans y entrer. La fin de rencontre est disputée, mais Mont-Blanc tient face à des nocéens toujours très menaçants.


Victoire des Yétis 4 buts à 3 face aux Bisons de Neuilly sur Marne. Dans un duel disputé, Mont-Blanc prend sa revanche sur un match aller au scénario bien différent, en grande partie dû à plusieurs absences. Oublié le naufrage, les hommes de Guimard ont travaillé fort et offert toute une rencontre face à une belle équipe nocéenne, physique et entreprenante. Une rencontre agréable et ouverte entre deux formations prônant le jeu offensif, qui a pu régaler les 800 supporters présents dans l’antre de la patinoire municipale de Saint-Gervais. Un succès important pour la troupe de Julien Guimard et un véritable bol d’air après 3 défaites consécutives, dont 2 dans le temps réglementaire. Lors de la prochaine journée, les Yétis accueilleront Marseille dans un duel primordial dans l’optique de la qualification en play-offs. De son côté, les Bisons nocéens se déplaceront du côté de Tours pour y affronter les Remparts ! Une belle soirée, au profit de l’association « Main dans la Main 74 » !

P. Rouinssard
Lancer de peluches au profit de « Main dans la main 74 »

© 2020 Hockeyhebdo.com – Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.

Dunkerque VS Mont-Blanc J14

Un point dans la douleur.

C’est avec une équipe amoindrie que les Yétis se déplaçaient à Dunkerque pour le premier match retour de la phase de Championnat. On notait les absences de Bicha, Lazzaroni, Guillemain et des jeunes Batailles et Coffy. Ce qui permettait au jeune Eliott Gouttry de jouer son deuxième match avec les Yétis et à Samuel Guer d’être propulsé sur le premier trio d’attaque aux côtés de Aimonetto et Roberts. Du côté des Corsaires, le défenseur Laine était de retour dans l’effectif alors que Houque et Urjila étaient toujours absents.

Un rude combat.

Dès l’entame du match les deux équipes s’observent et se rendent coup pour coup tant tactiquement que physiquement avec des duels très disputés. A ce petit jeu c’est se diable de Eric Léger qui se faufile dans la défense des Corsaires avant de crucifier Duquenne 0-1 à 3mn31. Sur une des actions suivantes les Yétis vont perdre Arthur Coulon pour blessure alors qu il tentait de déborder un joueur, il sortira sur KO. Les esprits s’échauffent légèrement et Ville Vepsalaïnen se retrouve en pénalité à 6mn09. Alors que les Yétis se retrouvent à 5 contre 5, Altidor égalise sur une passe de Bundinsky 1-1 à 8mn58. Le reste de la période sera équilibré avec une partie très physique où les deux équipes se donnent à 200% pour essayer de prendre l’avantage.

Les Corsaires prennent l’avantage.

Le début de deuxième période sera pour les Corsaires qui prendront l’avantage rapidement tout d’abord par Vissio assisté de Altidor à 21mn35 2-1. A peine une minute plus tard les Corsaires doublent la mise par Destoop sur un tir dans la partie supérieur de la cage de Victor Goy 3-11 à 22mn53. Les Yétis sont en difficulté en ce début de période, en retard dans les duels et beaucoup moins physiques que lors de la première période. Les locaux prennent l’avantage et le momentum dans le match, le reste de la période sera à sens unique, Victor Goy sauvera à plusieurs reprises les siens en stoppant les tirs des Corsaires de Dunkerque. Le score restera de 3-1 à la fin de la période où les locaux domineront par 14 lancers à 7.

Le retour des Yétis

Alors que la deuxième période était à l’avantage des locaux, les Yétis reviennent sur la glace avec l’intention de ne pas se laisser distancer et surtout revenir dans la partie. Il faudra attendre longtemps avant de les voir revenir au score. C’est lors d’une supériorité numérique de Zac Tierney va réduire le score sur un lancer voilé avec un excellent travail devant la cage de Jan Jenista et Jeremy Ares 3-2 à 49mn43. Les joueurs du Mont Blanc se procurent de bonnes occasions et, lors d’un lancer de la ligne bleu du jeune Eliott Gouttry, c’est Alex Roberts qui dévie le palet au fond des filets de Duquenne pour égaliser  3-3 à 54mn39. Le match s’emballe et l’arbitre de la rencontre va alors donner pas moins 29 minutes de pénalités pour les Yétis dont 25 minutes pour Eric Léger qui sera exclus de la rencontre. Les Yétis terminent le match en double infériorité numérique et vont tout donner pour aller chercher la prolongation grâce notamment à de belles parades de Victor Goy qui  préserve le score à 3-3.

On se dirige alors vers une prolongation, les Corsaires commencent celle-ci en supériorité numérique à 4 contre 3 et ils vont en profiter à, à peine, 41 secondes c’est Cimino qui marque le but victorieux pour les Corsaires 4-3 à 60mn41.

Le match des Yétis pourrait se résumer à voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Avec un point pris alors qu’ils étaient menés 1-3 et la frustration de cette entame de deuxième période complètement manquée avec deux buts encaissés en 1 minutes 30.

Pour le dernier match de championnat de l’année 2019 les Yétis recevront samedi prochain d’autres Corsaires (ceux de Nantes) au Palais des Sports de Megève à 19h30. Venez nombreux les encourager.